Plantes et botanique

Familles

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Description

Description

Il s'agit de Gymnospermes archaïques qui ne sont connues qu'à l'état de fossiles. Nous les voyons apparaître au Permien ; elles se développent rapidement au Trias, et elles conquièrent dans la flore du Jurassique une place prépondérante, qu'elles ne cèdent aux Coniferopsides qu'au Crétacé. Elles disparaissent totalement durant l'ère tertiaire.

Leur port est celui des Fougères arborescentes et des Cycas avec des dimensions moindres : leurs troncs, souvent tubéreux, ne dépassent pas 3 ou 4 mètres de haut, et ils ont fréquemment quelques décimètres seulement. Comme chez les Cycas, la base persistante des vieilles feuilles les recouvre et les feuilles les plus jeunes constituent une couronne au sommet. L'écorce et épaisse, le cylindre vasculaire montre un bois endarche, et la moelle est très développée.

Les feuilles sont de grande taille et ordinairement pennées ; leur structure est diploxylée.

L'ancienneté des Bennettitopsides se révèle encore par le creusement du nucelle en une chambre pollinique ; sa présence indique que la fécondation devait être zoïdogame.

Si les Bennettitopsides présentent un certain nombre de caractères en commun avec certaines Prespermaphytes (Cycadales et Ginkyoales), elles accusent d'autre part des traits plus évolués. Leurs graines sont véritables (présence d'un embryon au repos). De plus, leurs étamines et leurs carpelles sont réunis en un complexe mixte, hermaphrodite, qu'entoure un périanthe. Les Bennettitopsides sont par là les premiers végétaux chez lesquels se réalisent des structures semblables aux fleurs angiospermiennes.

Bennettitopsides Williamsonia gigas Carruthers



De plus, les jeunes feuilles en croissance n'étaient pas enroulées en crosse, et les stomates sont complexes, de type syndétochéile. Ces deux caractères les éloignent aussi clairement des Cycas.

La classe des Bennettitopsides se compose d'un seul ordre (Bennettitidales) et d'une famille (Bennetitaceae) comprenant quatre genres principaux : Cycadeoidea, Williamsonia, Williamsoniella et Willandiella.

Williamsoniella coronata Thomas



Les Cycadeoidea étaient des plantes au tronc court et épais, portaient au sommet une couronne de feuilles cycadéennes parmi lesquelles naissaient des fleurs. Chacune d'elles montre à l'extérieur un périanthe formé de pièces toutes semblables, composées-pennées. Il entoure un cercle de 15 à 20 étamines également pennées, longues de 10 cm. Au centre est un organe massif rappelant le cône qui supporte les carpelles, et plus tard les fruits, d'une renoncule ou d'un magnolia. Une telle fleur ressemble à s'y méprendre à celle d'une Angiosperme. Au centre de la fleur, on assiste à une tentative de claustration des ovules : des pièces stériles, de la taille de celles portant les ovules, sont en mélange avec elles. Elles élargissent leurs sommets, qui deviennent contigus et forment une enveloppe ajourée. Cette enveloppe est comparable à un fruit, mais il n'entoure que partiellement les graines. La graine des Cycadeoidea possède aussi quelques caractères angiospermiens : la plantule est dicotylée, et l'endosperme est peu développé.

Parfois les Cycadeoidea sont appelées Bennettites. En fait, les deux termes sont synonymes : le premier s'applique aux fossiles découverts en Amérique du nord, le second à ceux découverts en Europe.

Les Williamsonia, au contraire des Cycadeoidea, avaient un tronc élancé. Il était porteur de grandes feuilles rappelant celle des Zamia (Cycadales). D'ailleurs, W. gigas fut longtemps appelée Zamia gigas. Les fleurs étaient longuement pédonculées, souvent unisexuées. Dans les fleurs mâles, les étamines étaient grandes et soudées les unes aux autres à la base.

Les Williamsoniella étaient de petites taille, aux tiges grêles, d'apparence dichotomes, aux feuilles éparses, entières, et aux fleurs hermaphrodites dépourvues de périanthe.

Bennettitopsides
Wielandiella angustifolia Nathorst



Les Wielandiella étaient aussi de petits végétaux, aux rameaux grêles, d'allure dichotome. Leurs feuilles, pennatilobées, étaient disposées en bouquet à l'aisselle des ramifications. Les fleurs, sessiles, nées dans les bifurcations des rameaux, hermaphrodites, périanthées, aux étamines soudées, rappellent les fleurs de nos Magnolia actuels.

Les sous-classes des Bennettitopsides