Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Rhamnaceae, Juss.

Familles inclusesCamarandraceae, Cryptandraceae, Frangulaceae, Gouaniaceae, Phylicaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des RhamnaceaeLa famille est cosmopolite, mais plus fréquent dans les régions tropicales à subtropicales.

Appareil végétatif

Les Rhamnaceae sont presque toutes arbustives, quelquefois épineuses (Rhamnus, Paliurus) ou lianescentes (Berchemia), certaines espèces s'agrippant au moyen de crochets (Ventilago) ou de vrilles (Gouania). Les herbes sont très rares (Crumenaria). Les feuilles, alternes ou subopposées, stipulées, sauf chez les Phylica, sont simples. Le limbe a une nervation pennée ou réduite à 3-5 veines longitudinales, et des marges entières à dentées. Colletia est singulier par ses deux bourgeons à chaque aisselle de feuille, le supérieur se développant en épine, l'inférieur en rameau. Les Paliurus du sud de l'Europe et de l'Asie sont des arbrisseaux épineux du fait de la transformation des stipules. Chez P. spina-christi les deux épines d'une même feuille sont dissemblables, l'une est droite et l'autre courbe. Beaucoup de Ziziphus, genre des pays chauds, montrent aussi des stipules épineuses dimorphes.

Anatomie

L'anatomie montre des fibres pericycliques et libériennes de cellules à prisme d'oxalate de calcium. On trouve aussi un periderme superficiel ou sous épidermique, et, fréquemment, des cellules à mucilage et des poches lysigènes dans l'écorce et la moelle des tiges et des feuilles.

Reproduction

Les inflorescences sont de type cymeux, en épis paniculés, cymes racèmeuses ou cymes paniculées, généralement axillaires, sont parfois réduites à des fleurs solitaires ou fasciculées.

Actinomorphes, elles sont bisexuées ou unisexuées, rarement polygames, et généralement protrandres. Le receptacle est cupuliforme ou tubulaire. Les 4 ou plus rarement 5 sépales valvaires sont libres ou connés, et forment un calice campanulé. Les 4 ou plus rarement 5 pétales, parfois absents, indupliqués valvaires, sont spatulés et souvent onguiculés, et presque toujours plus petits que les sépales. Les 4 ou rarement 5 étamines sont libres et opposipétales. Les anthères sont basifixes ou dorsifixes, versatiles, et ont une dehiscence longitudinale ou valvaire, introrse. Le gynécée est formé de 2-5 carpelles soudés en un ovaire, supère, semi-infère ou infère, généralement divisé en 2-3 loges par le développement centripète des bords placentaires, rarement uniloculaire par avortement de loges. Chaque loge renferme un ovule anatrope ou épitrope sur un placenta basal. Le style est simple, et le stigmate souvent trilobé.

Les fruits sont très variés : ce sont généralement des drupes ou des capsules à dehiscence ventrale. Lorsque ces derniers sont indéhiscents, ils montrent souvent des adaptations à la dispersion par le vent, comme l'aile du fruit de Paliurus. Les graines n'ont pas ou guère d'albumen et renferment un grand embryon droit.

Classification et phylogénie

Des restes fossiles connus datent du Crétacé supérieur. La famille est habituellement divisée en plusieurs tribus : Rhamneae, Zizipheae, Ventilagineae, Gouanieae.

La famille est proche des Vitaceae, notamment les membres de la tribu des Gouanieae, de par leur port grimpant, leurs vrilles et leurs inflorescences.

Intérets

Le genre Rhamnus inclut plusieurs espèces utiles : R. alaternus, l'alaterne, arbuste toujours vert des régions méditerranéennes, et R. cathartica, le noir-prun ou nerprun, arbuste épineux, ont des baies purgatives ; les baies, ou graines d'Avignon, de R. infectoria, le nerprun des teinturiers, ont servi à préparer des colorants pour les tissus ; R. frangula, la bourdaine, est un arbuste eurasiatique dont l'écorce est officinale.

Plusieurs espèces du genre Ceanothus, d'Amérique du Nord, sont cultivées dans les parcs, surtout C. caeruleus du Mexique. Le genre Phylica, limité à l'Afrique du Sud, à Madagascar et à quelques îles comme Sainte-Hélène et les Mascareignes, possède plusieurs espèces sont ornementales, en particulier P. ericoides, un arbuste qui ressemble à une bruyère. Les fruits de Palirurus spina-christi sont diurétiques. Cette espèce aurait servit au christ à confectionner son épineuse couronne. Les fruits de Zizyphus lotus et de Z. jujuba, le jujubier, sont comestibles. Les pédoncules floraux roses et charnus d'Hovenia dulcis, de Chine et du Japon, sont séchés et utilisés en médecine traditionnelle. Aux Antilles, on mâche la stimulante écorce de Gouania dominengis. Des extraits de feuilles et écorce d'espèces africaines de Gouania sont souvent utilisés contre les douleurs et les blessures. Aux Philippines, des extraits de racines de Gouania tiliifolia sont employés comme savon, car ces racines sont riches en saponine. Ventilago oblongifolia est utilisé en cataplasme contre le choléra en Malaisie. L'analyse chimique de la famille a montré que de nombreux membres de la famille possèdent des substances proches de la quinine, ce qui peut expliquer les multiples utilisations médicinales.

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Adolphia
Alphitonia
Alvimiantha
Alzatea
Ampelozizyphus
Araliorhamnus
Auerodendron
Bathiorhamnus
Berchemia
Berchemiella
Blackallia
Ceanothus
Chacaya
Chaydaia
Colletia
Colubrina
Condalia
Crumenaria
Cryptandra
Dallachya
Discaria
Doerpfeldia
Emmenosperma
Gouania
Helinus
Hovenia
Karwinskia
Kentrothamnus
Krugiodendron
Lasiodiscus
Maesopsis
Nesiota
Noltea
Paliurus
Phylica
Pomaderris
Reissekia
Retanilla
Reynosia
Rhamnella
Rhamnidium
Rhamnus
Sageretia
Schistocarpaea
Scutia
Siegfriedia
Smythea
Spyridium
Talguenea
Trevoa
Trichocephalus
Trymalium
Ventilago
Ziziphus