Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Theaceae, D. Don

Familles inclusesAsteropeiaceae, Bonnetiaceae, Camelliaceae, Malachodendraceae, Pellecieraceae, Pentaphyllaceae, Sladeniaceae, Ternstroemiaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des TheaceaeLa famille est originaire des régions tropicales à subtropicales du monde entier, mais son centre de diversité se trouve dans le sud de la Chine et en Asie du sud-est.

Appareil végétatif

Les Theaceae sont une famille d'arbres, d'arbustes, et plus rarement de vignes grimpantes, persistants ou caducs. Les feuilles sont alternes, rarement opposées, et exstipulées. Le limbe, souvent coriace, est généralement simple, avec des marges souvent serratulées, et une nervation pennée.

Anatomie

Le limbe foliaire est abondamment pourvu de sclérites. Contrairement aux Hypericaceae, les Theaceae ne possèdent généralement pas d'appareil sécréteur (Camellia). Toutefois, on trouve des canaux sécréteurs à résine dans la tige (Bonnetia, Caraipa, Mahurea, Marila), des cellules à mucilage dans l'épiderme, l'hypoderme et le parenchyme foliaire (Bonnetia, Archytaea), et des poches sécrétrices schizogènes dans d'autres genres.

Reproduction

Les fleurs sont actinomorphes et bisexuées, rarement unisexuées (dioecie chez Eurya). Elles sont généralement solitaires, mais parfois groupées en faisceaux ou en racèmes ramifiées, axillaires ou terminaux.

Le périanthe se compose de 4-7 sépales libres et persistants, et de pétales 5-7 pétales libres, blancs, rouges ou jaunes. Il y a 4-8 ou de nombreuses étamines rarement libres, souvent groupées en faisceaux ou soudées en un tube à la base. Certaines ont un androcée diplostémone de 10 étamines, d'autres présentent 5 faisceaux d'étamines par division répétée des étamines internes, épipétales. Cette disposition conduit à celle des Camellia chez lesquelles les étamines nombreuses apparaissent sans ordre. Les anthères sont dorsifixes ou basifixes, biloculaires, et ont une dehiscence latérale et longitudinale. L'ovaire est supère, rarement semi-infère, et possède 3-5, rarement 8-25, carpelles soudés et un nombre correspondant de loges, chaque loge contenant 2 ou plusieurs ovules, rarement 1 seul, sur des placentas axiles. Il y a autant de styles que de loges, libres ou soudés, il n'y a que rarement un style unique.

Le fruit est une capsule loculicide, ou encore une baie ou un drupe, aux sépales persistants à la base. La graine a généralement peu ou pas d'albumen, et un embryon droit ou courbé qui peut être replié ou spiralé.

Classification et phylogénie

La famille des Theaceae est une famille complexe d'un point de vue systématique. Ses limites sont floues, et de nombreux genres inclus ici peuvent former ailleurs autant de petites familles indépendantes. On peut distinguer trois sous-famille principales et de nombreuses tribus. D'autres familles, telles que les Medusagynaceae, les Stachyuraceae, les Symplocaceae et les Caryocaraceae, sont ici exclues des Theaceae.

Les Theoideae ont de grandes fleurs hermaphrodites, avec de nombreuses étamines disposées en 3-6 séries, et des anthères dorsifixes. Les fruits sont des capsules, plus rarement des drupes. On y distingue trois tribus : les Theeae (ou Camellieae) asiatiques (Camellia), les Gordionieae d'Asie et des Amériques (Polyspora, Gordonia, Laplacea), et les Schimeae d'Asie et des Amériques (Apterosperma, Schima, Stewartia, Franklinia).

Les Ternstroemoideae ont de petites fleurs bisexuées ou unisexuées, avec des étamines biseriées et des anthères basifixes. Les fruits sont bacciformes, indehiscents ou irrégulièrement dehiscents. On distingue là aussi trois tribus toutes pantropicales : les Ternstroemieae (Ternstroemeria), les Annesleeae (Anneslea, Symplococarpon, Visnea) et les Aniandreae.

Les Bonnetioideae (Archytaea, Bonnetia, Ploiarium, Neotatea, Caraipa, Kielmeyera) sont originaires des régions tropicales d'Asie et d'Amérique du sud, souvent individualisée en tant que Bonnetiaceae, et alors rapprochées des Hypericaceae.

Enfin, quelques tribus, toutes monogénériques, sont plus difficilement classables : Asteropeieae endémiques de Madagascar (Asteropeia), Pelleciereae (Pelleciera), Pentaphyleae (Pentaphylla et Tetrameristeae (Tetramerista).

Intérets

Le genre Camellia contient plus de cent espèces groupées en Inde et en Extrême-Orient. Le nombre de variétés de thé est très élevé, mais deux surtout ont une importance prépondérante pour la production : ce sont la variété de Chine (Camellia sinensis), à petites feuilles, cultivée surtout en Chine et au Japon, employée essentiellement pour la fabrication du thé vert, et la variété d'Assam (Camellia assamica), à feuilles plus grandes, cultivée principalement en Inde, au Pakistan, au Sri Lanka, en Indonésie, en Indochine et en Afrique, qui sert à la fabrication du thé noir. Les thés vert et noir résultent, avant tout, d'une différenciation de traitement des feuilles. Les propriétés névrosthéniques du thé sont dues à la caféine et à la théophylline, la présence des sclérites confirment l'identification des feuilles dans le thé commercial, leur absence révèle la fraude.

Le Camellia japonica est cultivé comme plante ornementale. Haplocathra paniculata fournit un beau bois rouge, et on tire une huile des graines de Camellia sasanqua. Franklinia altamaha est une plante ornementale maintenant cultivée dans le nord de l?Amérique et en Europe.

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Adinandra
Anneslea
Apteroperma
Archboldiodendron
Archytaea
Asteropeia
Balthasaria
Bonnetia
Camellia
Cleyera
Cordyloblaste
Eurya
Euryodendron
Ficalhoa
Franklinia
Freziera
Gordonia
Melchiora
Pelleciera
Pentamerista
Pentaphylax
Ploiarium
Polyspora
Pyrenaria
Schima
Sladenia
Stewartia
Symplococarpon
Ternstroemia
Tetramerista
Visnea