Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Elaeagnaceae, Juss.

Description

Distribution

Carte de repartition des ElaeagnaceaeLa famille est principalement repartie en Amérique du nord, en Europe, dans le sud de l'Asie et dans le nord est de l'Australie. Elle se rencontre surtout dans les régions côtières et les steppes.

Appareil végétatif

Les Eleagnaceae sont une petite famille d'arbres ou d'arbustes persistants et caducs. Un grand nombre d'espèces, dont toute celles d'Hippophae, sont épineuses. Les tiges et les feuilles sont couvertes de poils argentés, bruns ou dorés, qui sont étoilés ou écailleux. Les feuilles sont alternes, ou plus rarement opposée, simples et exstipulées. Le limbe est, généralement coriace, à la nervation pennée et aux marges entières.

Reproduction

Les fleurs sont groupées en racèmes, en épis ou en fascicules axillaires, elles sont plus rarement solitaires. La pollinisation est anémophile ou surtout entomophile. Actinomorphes, elles sont bisexuées ou unisexuées, et dans ce cas il y a dioecie (Shepherdia, Hippophae).

Elles sont apétales, le périanthe ne se composant que de 2-6 sépales soudés et unisériés, fréquemment au nombre de 4, valvaires, parfois pétaloides, et formant un calice très lobé, plus rarement entier. Chez la fleur mâle, le réceptacle est souvent plat, alors que chez les fleurs bisexuées et les fleurs femelles, il est tubulaire. Il y a 4-8, parfois 12, étamines, formant une androcée isostémone ou diplostémone. Les anthères sont dorsifixes ou basifixes, déhiscentes par des fentes longitudinales introrses. L'ovaire est supère et uniloculaire, avec 1 carpelle renfermant un ovule anatrope et érigé, sur un placenta basal. Le style et long et le stigmate simple. 

Le fruit est un akène ou une drupe entourée par la partie inférieure du calice persistant. Il contient 1 graine unique avec peu ou pas d'albumen et un embryon droit aux cotylédons épais et charnus.

Classification et phylogénie

Les caractères généraux sont très semblables à ceux des Thymeleaceae, la corolle de la fleur est également nulle, ou à l'état staminal. Les Eleagnaceae en diffèrent cependant par l'absence de liber interne, la présence de poils peltés sur les feuilles et d'un disque nectarifère dans les fleurs. Elles s'en distinguent aussi par la présence d'un esther méthylique de l'inositol, le québrachitol. Ces caractères ont fait que les Eleagnaceae, jadis classées parmi les Thymeleales, ont rejoint les Proteaceae au sein des Proteales.

Les 3 genres, Eleagnus, Hippophae et Shepherdia se distinguent par un certain nombre de caractères. Shepherdia, d'Amérique du nord, a des feuilles opposées. Il y a dioecie ; les fleurs mâles ont 4 sépales et 8 étamines. Hippophae d'Europe et d'Asie a des feuilles alternes. Il y a généralement dioecie. La fleur femelle a un réceptacle allongé et un tube du calice court et bilobé ; les fleurs mâles ont 2 grands sépales et 4 étamines. Eleagnus, d'Europe, d'Asie, d'Australie et d'Amérique du nord, a des feuilles alternes et des fleurs bisexuées ou unisexuées. Il y a monoecie dans le denier cas. Le tube du calice est allongé au delà de l'ovaire, et il y a 4 étamines.

Intérets

Plusieurs espèces d'Eleagnus sont cultivées pour l'ornement, dont l'olivier de Bohême ou chalef (Eleagnus angustifolius). Eleagnus multiflora, arbuste japonais, donne des fruits servant à distiller une boisson alcoolisée. Les fruits de Shepherdia argentea sont consommés en gelée, ou encore secs avec du sucre dans différentes régions des Etats-Unis et du Canada. Les baies de Shepherdia canadensis séchées ou fumées sont consommées par les Esquimaux. Les baies d'Hippophae rhamnoides, l'argousier, sont utilisés en gelée ou en sauce. Le bois de cette espèce, apprécié pour son grain fin, est façonné au tour. 

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Elaeagnus
Hippophae
Shepherdia