Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Hypericaceae, Jussieu

SynonymieClusiaceae, Guttiferae

Familles inclusesCalophyllaceae, Cambogiaceae, Garciniaceae, Moronobeaceae, Polyadelphaceae, Symphoniaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des HypericaceaeCe sont des plantes intertropicales, seuls les Hypericum et les Triadenum se trouvent majoritairement dans les régions tempérées. Les Hypericaceae habitent principalement dans les forêts denses, où elles constituent parfois des peuplements caractéristiques.

Appareil végétatif

Il s'agit d'arbres et d'arbustes, généralement persistants, rarement épiphytes, plus rarement de plantes herbacées vivaces ou annuelles ou encore des lianes ligneuses. Les feuilles sont généralement opposées ou pseudoverticillées, exstipulées, et ont un limbe simple, aux marges entières.

Anatomie

Les Hypericaceae se caractérisent surtout par la présence de poches sécrétrices ou de canaux sécréteurs dans les différents organes de la plante. Celle-ci produit souvent, par incision, une coulée de latex jaunâtre ou orangé. On trouve aussi un appareil sécréteur à essence varié : canaux schizogènes péricycliques, à droite et à gauche de chaque faisceau libérien dans la tige, des canaux sécréteurs localisés dans la moelle, l'écorce primaire, le pericycle ou le liber secondaire dans la tige ou le rhizome, des canaux sécréteurs dans le pericycle et le liber des feuilles, poches schizogènes dans le limbe, auxquelles sont dues les ponctuations de la feuille de certaines espèces. On observe enfin un péricycle sclérifié continu chez les espèces ligneuses, et un periderme profond, intrapéricyclique.

Reproduction

Les fleurs, actinomorphes et hypogynes, sont unisexuées, et il y a dioecie ou polygamoe, ou bisexuées. Elles sont solitaires ou groupées en cymes ou en thyrses.

Le calice se compose de 4-5 sépales imbriqués ou décussés, plus rarement au nombre de 2-14, les plus internes étant parfois pétaloides, généralement libres. Les 4-5 pétales sont libres, rarement au nombre de 2-6, et imbriqués ou contortés.

Les étamines, en nomnre supérieur à 9, sont assemblées en 3-5 fascicules opposipétales. Parfois, certaines sont stériles et transformées en staminodes. Les filets sont libres ou diversement soudés, et les anthères biloculaires sont à dehiscence longitudinale, transversale ou poricide (Clusia).

L'ovaire est typiquement supère, constitué de 2-5 carpelles, rarement plus, généralement complètement soudés, formant 1-2 loges. La placentation est axile, basale ou apicale, rarement pariétale. Dans ce dernier cas, la fusion des carpelles est incomplète et les ovules sont alors disposés sur les parois latérales. Les ovules sont dressés ou pendants. Les 1-5 styles sont libres ou diversement soudés, rarement absents, et les stigmates sont punctiformes à peltés, et quand ils sont sessiles, radiés, à la surface lisse ou papilleuse.

Les fruits peuvent être secs et déhiscents, et sont alors des capsules loculicides ou septicides, ou charnus et indéhiscents, et sont alors des baies ou des drupes. Dans la plupart des cas, les graines sont sans albumen, et sont parfois pourvues d'un arille. Les cotylédons sont bien développés, ou réduits et remplacés par un axe hypocotylé renflé.

Classification et phylogénie

Les Hypericaceae, ou Guttiferaceae ou encore Clusiaceae, sont subdivisées en cinq sous-familles.

La sous-famille des Kielmeyeroideae (Kielmeyera, Mahurea, Caraipa...) groupe des genres aux fleurs généralement bisexuées, aux étamines libres, aux styles allongés et entièrement soudés, aux graines nombreuses sans arille, à l'embryon muni de cotylédons minces et libres.

La sous-famille des Hypericoideae (Hypericum, Cratoxylum, Visnia...) groupe des genres aux fleurs bisexuées, avec souvent le verticille externe d'étamine stérile ou absent, des styles allongés libres, aux fruits capsulaires ou bacciformes, rarement drupacés, aux graines sans arille, et à l'embryon à cotylédons minces et libres.

La sous-famille des Calophylloideae (Mesua, Calophyllum, Endodesmia...) comprend des espèces aux fleurs unisexuées, bisexuées ou polygames, dont le verticille externe d'étamines est absent, les styles étant allongés et libres, dont le fruit est une capsule ou une drupe, et dont les 1-4 graines n?ont pas d'arille, avec un gros embryon aux cotylédons généralement soudés.

La sous-famille des Moronobeoideae (Pentadesma, Montrouziera, Symphonia...), dont les fleurs sont bisexuées, avec le verticille externe d?étamines stériles, les styles allongés et plus ou moins soudés, dont le fruit est une baie aux graines dépourvues d?arille et dont l'embryon est indifférencié.

La sous-famille des Clusioideae est divisée en deux tribus. Les Clusieae (Clusia, Tovomita, Decaphalarogium, Allanblackia...) ont des fleurs unisexuées ou rarement polygames, dont le verticille externe d'étamines est stérile et fertile, dont les styles courts ou absents sont libres ou soudés, des fruits en capsule ou rarement en baies, dont les graines ont un arille et un embryon dépourvu de cotylédons. Les Garcinieae (Garcinia, Mammea...) ont des fleurs unisexuées, rarement bisexuées, avec le verticille externe d'étamines absent ou stérile, des styles très courts et soudés ou généralement absents, des fruits drupacés, et des graines sans arille et dont l'embryon possède un axe hypocotylé large et pas de cotylédons.

Cette derniere sous-famille est frequemment individualisée en tant que famille des Clusiaceae.

Intérets

Quelques Hypericum sont cultivées comme plantes ornementales, d'autres sont des plantes médicinales servant parfois dans l'industrie des cosmétiques.

Le Garcinia hamburui est un arbre du Vietnam dont le tronc incisé laisse écouler un latex, la gomme gutte, violemment purgative et qui, en raison de sa couleur jaunes, sert en peinture. Le Garcinia mangostana, ou mangoustier, fournit un fruit dont les graines sont accompagnées d?un arille blanc de neige, pulpeux, parfumé, comestible et très estimé.

Les Hypericaceae sont aussi utilisées pour leur bois dur et resistant (Cratoxylum, Mesua, Calophyllum, Montrouziera, Platonia), leur bois facilement travaillable (Harungana, Calophyllum), pour la fabrication de médicaments ou de teintures tirées de l'écorce (Vismia, Psorospermum, Harungana, Calophyllum), pour les gommes et pigments tirés des tiges (Garcinia, Clusia) et enfin pour les graisses et les huiles tirées des graines (Calophyllum, Pentadesma, Allanblackia, Garcinia, Mammea).

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Allanblackia
Calophyllum
Caraipa
Chrysochlamys
Clusia
Clusiella
Cratoxylum
Decaphalangium
Dystovomita
Eliaea
Endodesmia
Garcinia
Haploclathra
Harungana
Hypericum
Kayea
Kielmeyera
Lebrunia
Lianthus
Lorostemon
Mahurea
Mammea
Marila
Mesua
Montrouzieria
Moronobea
Neotatea
Ochrocarpos
Oedematopus
Pentadesmia
Pilosperma
Platonia
Poeciloneuron
Psorospermum
Quapoya
Rheedia
Santomasia
Symphonia
Thornea
Thysanostemon
Tovomita
Tovomitopsis
Triadenum
Visnia