Plantes et botanique

Familles

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Description

Description

Les Cupressales définies par Emberger en 1960 comportent deux familles de Gymnospermes, les Taxodiaceae (cyprès chauve), et les Cupressaceae (cyprès, genévrier). Elles ne possèdent pas de caractères majeurs qui leur soient propres et aucun document fossile n'indique de parenté entre les Taxodiaceae et les Cupressaceae. Florin (1944) et Gaussen (1950-1952) incorporent ces deux familles dans le vaste ensemble des Pinoïdes (Taxodiaceae, Cupressaceae, Pinaceae, Cephalotaxaceae, Araucariaceae), en faisant remarquer que certains caractères morphologiques sont primitifs chez les Pinaceae, plus évolués chez les Taxodiaceae, et en fin d'évolution chez les Cupressaceae.

Il est également difficile de dégager des caractères spécifiques à chacune de ces familles. C'est pourquoi on estime que beaucoup de genres de Cupressales actuelles représentent des fins de phylums. Ces genres sont en effet pauvres en espèces, ou même monospécifiques, et leurs aires de répartition sont très restreintes (Sequoiadendron en Californie, Metasequoia au sud-ouest de Shanghai, Sciadopitys dans la région du Hondo au Japon) alors que la présence de fossiles montre leur extension dans tout l'hémisphère Nord aux ères secondaire et tertiaire.

Actuellement, les Cupressales se localisent principalement en Asie du sud-est, en Amérique du Nord et en Australie. Deux genres font exception ; ce sont les genévriers existant dans tout l'hémisphère Nord et les cyprès qui occupent la zone tempérée chaude de cet hémisphère.

Toutefois, beaucoup de Cupressales (Taxodium, Thuja, Sequoiadendron, Chamaecyparis) sont communes en Europe où elles ont été introduites pour leurs qualités ornementales. Leur utilisation économique est pratiquement nulle. Certains bois sont appréciés : Sequoia, Cunninghamia, Cryptomeria.

Les familles des Cupressales