Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Aquifoliaceae, Bartl., Ord. Nat. Pl.: 228, 376. Sep 1830

SynonymieIlicaceae

Familles inclusesPhellinaceae, Sphenostemonaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des AquifoliaceaeLa famille est largement distribuée en régions tropicales et subtropicales, mais est essentiellement concentrée en Amérique tropicale et en Asie du sud. Elle est faiblement représentée en Afrique et en Australie, et ne comporte que 3 espèces indigènes d'Europe. Nemopanthus est limité au nord-est de l'Amérique du nord, et Phelline à la Nouvelle-Calédonie.

Appareil végétatif

Les Aquifoliaceae sont des arbres et des arbustes, caducs ou persistants.

Les feuilles, alternes ou plus rarement opposées ou subverticillées, sont simples et souvent coriaces, aux marges entières à épineuses. Le pétiole est généralement présent, les feuilles sessiles étant plus rares. Les stipules sont souvent caduques, absentes chez Phelline.

Reproduction

Les inflorescences sont variées. Ce sont des cymes, des pseudo-ombelles, des racèmes ou des panicules, axillaires ou subterminales. Exceptionellement, les fleurs peuvent être solitaires. Les bractées sont très réduites.

Actinomorphes, les fleurs sont bisexuées ou uniséxuées (polygamie ou dioecie). Discrètes, elles possèdent un calice avec 4 sépales imbriqués, connés, jusqu'à 6 chez Phelline, parfois caducs. Les 4 pétales imbriqués ou plus rarement valvaires, parfois au nombre de 6 chez Phelline, sont soudés à la base ou libres chez Nemopanthus et Phelline. Ils sont fréquemment muni d'un acumen incurvé apical.

L'androcée possède 4 étamines alternipétales et libres, jusqu'à 6 chez Phelline, réduite souvent à des staminodes chez les fleurs femelles. Exceptionellement, il peut y avoir 4-12 étamines haplostémones. Les filets sont courts, rarement absents, et les anthères sont biloculaires, à déhiscence introrse et longitudinale, rarement pétaloides.

L'ovaire est supère, formé de 2-15 carpelles soudés, contenant au moins deux loges. Le style est unique, terminal et parfois minuscule. Le stigmate est capité, disoide ou sublobé. La placentation est axile, avec 1, rarement 2, ovules amphitropes ou anatropes dans chaque loge. On retrouve aussi des ovaires rudimentaires subglobuleux ou pulvinés chez les fleurs mâles.

Le fruit est une drupe bacciforme, avec généralement 1-4 pyrènes; chaun renfermant une graine. Cette dernière a un embryon droit, un albumen abondant et des cotylédons comprimés.

Classification et phylogénie

Les Aquifoliaceae sont essentiellement des représentants du genre Ilex. Phelline est parfois placé parmi les Phellinaceae. Le genre Ilex est ancien ; on en rencontre des restes fossilisés à partir du Cénomanien. Cette ancienneté permettrait d'expliquer, par les changements climatiques auxquels la plante a été soumise, sa structure xérique et surtout son rythme biologique, en particulier sa défoliation indépendante des saisons.

Intérets

La famille ne présente que peu d'intérets économiques. Le houx (Ilex aquifolium) est un arbre ou un arbuste à feuilles persistantes, coriaces, épineuses, dont les drupes rougissent en automne. On le rencontre à l'état sauvage dans les sous-bois de hêtres ou dans les haies. Son bois sert en ébénisterie et son écorce à préparer la glu des oiseleurs. L'espèce Ilex paraguariensis fournit des feuilles servant à préparer le maté, une boisson stimulante.

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Lex
Nemopanthus
Phelline
Sphenostemon