Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Musaceae, Jussieu

Description

Distribution

Carte de repartition des MusaceaeLes Musaceae sont originaire des régions chaudes de l'ancien monde. Musa est originaire d'Asie, avec une grande diversité d'espèces dans l'aire s'étendant de la Birmanie jusqu'en Nouvelle-Guinée, et vit généralement en milieu tropical humide de basse altitude. Quelques espèces excentrées se rencontrant dans les régions montagneuses du sud du Japon à l'Himalaya, avec des variétés se retrouvant bien plus au nord, jusqu'aux îles Sakhalines pour quelques cultivars de Musa basjoo. Le très petit nombre espèces de Musa qui se trouvent au centre du Pacifique et sur les côtes de l'Afrique de l'est a sans doute été introduit par l'homme. D'autres espèces sont cultivées dans les Antilles et en Amérique tropicale. Le genre Ensete est principalement africain, avec quelques espèces dans le sud est de l'Asie et dans le sud de la Chine. Musella est endémique du sud de la Chine.

Appareil végétatif

Les Musaceae sont une petite famille de plantes herbacées généralement vivaces et rhizomateuses, persistantes, arbustives ou arborescentes. Elles possèdent des pseudo-tiges formées par l'enroulement des gaines foliaires les unes autour des autres. Musa possède des rhizomes ramifiés, tandis qu'Ensete est non ramifié et monocarpique.

Les feuilles sont très grandes, engainantes et disposées en spirale. Elles sont simples et entières, et ont une nervure principale épaisse à partir de laquelle naissent des nervures parallèles.

Anatomie

Le stipe comporte des files de cellules à tanin, allongées et communicant entre elles par résorption des parois. On trouve aussi des raphides d'oxalate de calcium.

Reproduction

L'inflorescence, souvent nommée régime, généralement terminale, est composée de fascicules, nommés mains, de 10-20 fleurs disposées collatéralement en 1-2 rangées alternes, et protégées par de grandes bractées spathacées caduques. Les fleurs de la base du régime sont femelles, les supérieures sont mâles par suite de l'avortement soit des étamines, soit du pistil ; entre les deux se trouvent des fleurs bisexuées. La proportion des fleurs femelles est d'autant plus élevée que l'alimentation des plants est plus riche. Un régime porte 5-15 mains fructifères. Sa réaction géotropique varie avec les espèces : il peut être dressé, horizontal ou pendant.

Les fleurs sont zygomorphes et généralement unisexuées. Le périanthe est constitué de 2 verticilles de 3 segments pétaloïdes, les 3 externes et deux des internes étant soudés, le troisième interne étant libre. Il y a 5 étamines libres, aux anthères biloculaires, et un petit staminode. Le pollen est collant et la pollinisation est frequemment effectuée par les chauves souris. L'ovaire est infère et triloculaire, avec 3 carpelles soudés contenant chacune de nombreux ovules anatropes sur un placenta axile. Le style est filiforme et le stigmate lobé ou capité.

Les fruits sont des baies charnues ou coriaces et sèches, indehiscentes, regroupées en une infructescence compacte. La graine possède un embryon droit et un albumen abondant.

Classification et phylogénie

Les Musaceae ont parfois été regroupées au sein des Strelitziaceae en tant que sous-famille des Musoideae, ou encore étroitement asociées aux Lowiaceae. Le genre Heliconia était parfois inclu dans la famille, ou même dans celles des Strelitziaceae, mais est communement individualisé aujourd'hui en tant qu'Heliconiaceae. Des Musaceae fossiles ont été découverts dans le Crétacé de Colombie.

Intérets

La famille fournit un fruit important, la banane, qui provient de seulement deux espèces, Musa acuminata et M. balbisiana. M. acuminata, aux multiples formes, trouve son origine en Birmanie, en Thaïlande, en Indochine et à Bornéo. M. balbisiana est originaire de l'Inde, du nord de la Birmanie, du sud de la Chine, du Sri Lanka, des Philippines et de l'est de la Nouvelle-Guinée. Nos bananes sont nées dans les régions où les deux espèces ont un habitat commun. Toutes les formes hybrides sont aujourd'hui qualifiées de M. x paradisiaca.

Dès le premier millénaire les bananes furent apportées en Afrique par des Indo-malais ou par les Arabes, de là au début du XVI° siècle, elles gagnèrent, en passant par les Canaries et Saint Domingue, l'Amérique du Sud où elles furent rapidement répandues par les Indiens. Les bananes sont aujourd'hui cultivées dans tous les pays tropicaux et subtropicaux.

Chez les espèces cultivées on établit une distinction entre bananes-fruits et bananes-légumes. Les bananes-fruits se consomment essentiellement fraîches, les bananes-légumes riches en amidon sont en revanche cuites, frites et rôties ou séchées et utilisées pour en faire la farine de bananes, un complément fréquent aux régimes diététiques. On fabrique également de la fécule à partir des bananes-légumes et des bananes-fruits vertes. La banane-fruit est aujourd'hui le fruit tropical le plus important. Les bananes comestibles, fruits parthénocarpiques et dépourvus de graines, représentent un aliment de base important dans de nombreux pays tropicaux.

Sur nos marchés on trouve essentiellement des variétés tropicales à grands fruits. Les bananiers nains sont plus résistants et peuvent être cultivés également dans les régions subtropicales. Leurs fruits sont certes petits, mais non moins savoureux. Une autre espèce aux fruits comestibles est le bananier Fehi (issu de Musa maclayi) qui a une importance locale dans les régions du Pacifique.

Le genre Musa est divisé en sections dont les nombres chromosomiques de base sont de x = 10 et x = 11. Aux premières sections appartiennent M. textilis, et les M. fehi, aux régimes dressés et dont les fruits sont consommés cuits. Les dernières sections comptent la plupart des bananes comestibles qui, à partir du sud-est asiatique, se sont répandues à travers toutes les régions tropicales humides. La majorité des formes cultivées dérive donc des espèces sauvages : M. balbisiana et M. acuminata. Les études cytogénétiques ont montré que les très nombreux cultivars possédaient 22, 33 et 44 chromosomes. Les clones connus se répartissent en deux catégories :

- ceux qui proviennent uniquement de M. acuminata (génomes AA). Ils sont diploïdes (AA), triploïdes (AAA), tétraploïdes (AAAA). Le groupe triploïde renferme entre autres la variété Gros Michel d?Amérique centrale, et la banane des Canaries et ses mutants ;

- ceux qui sont des hybrides issus de M. acuminata (AA) et de M. balbisiana (BB). On y connaît des diploïdes (AB), peu robustes, des triploïdes (AAB), qui sont les bananes plantains et foutous : M. x paradisiaca et M. sapientum, dont les fruits sont consommés cuits, des triploïdes (ABB) alimentaires, à culture plus restreinte (des Philippines à l?océan Indien), des tétraploïdes, peu nombreux, qui sont des bananes à cuire de Malaisie et de Thaïlande.

Aux Philippines on extrait le chanvre de Manille des fibres du pétiole du bananier textile, M. textilis, qui produit une fibre se prêtant à la fabrication de fils grossiers et de papier. Quelques cultivars nains de Musa sont occasionnellement cultivées comme plantes d?ornement dans les régions tempérées chaudes.

Ensete ventricosa, le bananier d'Abyssinie, est cultivé pour sa fibre et son aspect alimentaire : la pulpe de la tige et les jeunes pousses sont consommées cuites.

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Ensete
Musa
Musella