Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Epacridaceae, R. Br.

Familles inclusesPrionotidaceae, Prionotaceae, Stypheliaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des EpacridaceaeLa famille se rencontre principalement en Australie, mais s'étend jusqu'en Nouvelle-Zélande, et possède quelques espèces en Indo-Malaisie, à Hawaii, et une espèce dans l'extrême sud de l'Amérique du sud. Elle forme de vastes landes semblables à celles formées par les genres Erica et Calluna dans d'autres régions du monde. La plupart des membres poussent dans des milieux ouverts sur sols acides et nécessitent beaucoup de lumière.

Appareil végétatif

Les Epacridaceae sont une famille d'arbustes ou de petits arbres persistants, au port souvent ericoïdes. Les feuilles sont alternes, simples, aux marges entières, étroites, rigides et sessiles. Exstipulées, elles sont frequemment munies d'une gaine (Cosmelia, Andersonia, Sprengelia, Dracophyllum, Richea Sphenotoma).

Reproduction

Les fleurs sont petites, actinomorphes et habituellement bisexuées. Elles sont munies de bractées et regroupées en épis, en racèmes, axillaires ou terminaux, et plus rarement en panicules ou solitaires.

Il y a 5 sépales libres et persistants, imbriqués, rarement réduits à 4 (Oligarrhena). La corolle est généralement tubulaire, formée de 5 lobes imbriqués ou valvaires (4 chez Oligarrhena), rarement contortés (Lysinema).

Il y a 4-5 étamines (2 chez Oligarrhena), alternipétales, frequement adnées à la corolle, plus rarement libres (Andersonia, Sprengelia, Lysinema, Prionotes, Lebetanthus), ou plus rarement sous l'ovaire, alternant avec les lobes de la corolle. Elles sont parfois avec des glandes ou des touffes de poils entre chacune d'elles. Les anthères basifixes, sont généralement uniloculaires à déhiscence longitudinale, naissant extrorses et devenant introrses à l'anthèse.

L'ovaire est supère, composé de 5 carpelles soudés (2 chez Oligarrhena et Needhamilla), et est souvent sous-tendu par un disque glanduleux hypogyne. Il possède 1-10 loges, généralement 5, et 1 ou plusieurs ovules anatropes par loge. La placentation est axile ou apical. Le style est simple, le stigmate capité.

La pollinisation est entomophile ou ornithophile.

Le fruit est une capsule loculicide à 5 valves (Cosmelieae, Epacrideae, Richeoideae) ou une drupe polysperme(Styphelieae, Oligarrhena, Needhamiella). Les graines possèdent un embryon droit et un albumen charnu.

Classification et phylogénie

C'est une famille proche des Ericaceae, dont elles différent par des feuilles à nervation palmée et des anthères sans appendice s'ouvrant par une fente plutôt que par des pores.

La famille se divise en pluisieurs sous-famille, dont les trois principales sont exposées ici.

Les Styphelioideae ont des étamines à la base de la corolle, un ovaire avec 1 ovule par loge, des fruits indéhiscents et généralement charnus. On dénombre 18 genres dont Styphelia et Trochocarpa.

Les Epacridoideae ont des étamines généralement à la base de la corolle, un ovaire avec des loges polyovulées et le fruit est une capsule loculicide. Il y a 10 genres, dont Richea, Dracophyllum et Epacris.

Les Prionotoideae ont des étamines sous l'ovaire, un ovaire aux loges pluriovulées, et le fruit est une capsule loculicide. Cette tribu comprend deux genres monospecifiques, Prionotes de Tasmanie et Lebetanthus de la pointe sud de l'Amérique du sud.

Intérets

Plusieurs genres, dont Dracophyllum, Epacris, Richea et Styphelia sont cultivés comme arbustes en serres froides. Les racines et les feuilles de Styphelia malayana sont utilisées localement pour leurs propriétés médicinales et l'écorce des tiges sert à confectionner des canoës étanches.

Les espèces de la famille