Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Piperaceae, C.A. Agardh

Familles inclusesPeperomiaceae

Description

La famille des Piperaceae groupe la presque totalité des Piperales. C'est une famille ancienne qui existait déjà au Crétacé supérieur.

Distribution

Carte de repartition des PiperaceaeLes Piperaceae habitent pour la plupart les forêts tropicales de l'Amérique latine et, plus secondairement d'Asie tropicalee ; quelques espèces existent en Afrique tropicale, dans les contrées intertropicales et quelques Peperomia étendent l'aire de la famille vers le nord jusque dans le sud de la Floride.

Appareil végétatif

Ce sont des plantes herbacées annuelles ou vivaces, et dans ce cas souvent plus ou moins charnues et rhizomateuses, ou ligneuses, pouvant même se présenter comme de petits arbres ou comme des lianes. Quelques espèces sont épiphytes. Les prophylles sont présentes chez quelques espèces, et sont parfois adnées au pétiole.

Frequemment aromatiques, les feuilles sont simples et alternes, souvent opposées et verticillées chez les Peperomia. Les marges sont entières, et la nervation de type palmée ou pennée.

Anatomie

L'anatomie de ces plantes est intéressante : en coupe transversale, la tige des Piper montre des faisceaux libero-ligneux disposés en un ou plusieurs cercles. Chez les Peperomia, ils sont sans ordre, comme chez les Monocotylédones. Il est possible qu'il y ait là un point de contact entre Dicotylédones et Monocotylédones. De plus, les Peperomia ont une plantule qui rappelle celle des Arum par ses cotylédons dissemblables : il se peut que l'hétérocotylie des Peperomia annonce la monocotylie des Monocotylédones. Enfin, les Peperomioïdées possèdent parfois des cellules translucides dans l'écorce externe et l'épiderme des feuilles et des tiges.

De plus, les fibres pericycliques sont en paquets au dessus des faisceaux, on trouve des cellules à essence dans les parenchymes. Parfois, on trouve dans la moelle un canal central lysigène à gomme. Chez les feuilles, on a un hypoderme fréquent et stomates entourés par une couronne de cellules annexes.

Reproduction

Les fleurs sont groupées en épis pédonculés, axillaires, opposés aux feuilles ou plus rarement terminaux. Les ombelles et les racèmes sont plus rares.

De petites tailles, elles sont actinomorphes et bisexuées ou polygames et dioiques. Normalement dépourvues de périanthe, elles sont très courtement pédonculées et habituellement axillées par des bractées peltées ou cupuliformes. Hypogynes, elles se composent de 1-10 étamines généralement libres, avec des anthères biloculaires parfois connées, à dehiscence longitudinale. L'ovaire, supère et uniloculaire, est constitué de 1-5 carpelles soudés, et ne posséde qu'un ovule orthotrope sur un placenta basal. Le style est souvent absent, et il y a 1-5 stigmates.

Les fruits sont de petites drupes charnues et monospermes, il est plus rarement nuciforme. Les graines sont petites et contiennent un perisperme abondant, un endosperme réduit et un minuscule embryon.

Classification et phylogénie

On distingue deux sous familles.

Les Piperoideae sont ligneuses, et se composent des genres Piper, Ottonia, Lepianthes, Sarcorhachis, Macropiper et Heckeria. Ces genres sont caractérisés chacun par la forme et la position de l'inflorescence et par des caractères embryologiques. Tous sont caractérisés par des tétraspores femelles en file et un sac embryonnaire à huit noyaux. Les espèces du genre Piper contiennent fréquemment des alcaloïdes (pipérine, cubébine, chavicine, etc.) et des huiles essentielles (phellandrène, cadinène, etc.).

Les Peperomioideae sont herbacées et comprennent quatre genres : Manekia, Piperanthera, Verhuelia, genres originaires des Antilles, et surtout Peperomia, genre tropical et subtropical, surtout présent en Amérique tropicale. Cette sous-famille, qui forme parfois, pour certains, la famille des Peperomiaceae, groupe des plantes herbacées, à tétraspores en tétraèdre et à sac embryonnaire à seize noyaux, que ces trois caractères font considérer comme plus évoluées que les Piper. Ce groupe diffère aussi du précédent par les fleurs à 2 étamines et l'absence de stipule à la base des feuilles, et par d'autres caractères anatomiques.
Les Peperomia ont souvent un rhizome tubéreux, et certaines sont des epiphytes qui habitent les cimes des arbres et ont des adaptations à la sécheresse, notamment des feuilles grasses munies de tissus aquifères.

Intérets

Le poivrier, Piper nigrum, probablement originaire de la côte de Malabar en Inde, est cultivé aujourd'hui dans de nombreux pays tropicaux : Inde méridionale, Malaisie, Nouvelle-Guinée, Afrique tropicale, Natal, Antilles, Brésil, etc. C'est le type même de la plante condimentaire. L'Antiquité classique la connaissait déjà. Un plant de poivrier cultivé donne sa première récolte vers l'age de trois ans et peut produire annuellement de 0,5 à 1,5 kg de poivre pendant une vingtaine d'années.

La fameuse boisson nationale des Polynésiens, le kawa, est faite à partir des racines de P. methysticum. Cette boisson enivrante était autrefois préparée par les enfants et les jeunes femmes qui devaient mâcher les racines pelées avant de jeter la pulpe dans un récipient où elle était diluée avec de l'eau pour lui permettre de fermenter. De nos jours, la plante est râpée de façon mécanique.

Les feuilles de P. betle, le bétel, forment avec la noix d'arec un mélange masticatoire utilisé de l'Afrique de l'est jusqu'en Inde et en Indonésie.

Les jeunes feuilles de l'epiphyte Peperomia vividispica sont mangées crues dans différentes parties de l'Amérique tropicale. P. caperata, P. obtusifolia, P. argyreia ou P. sandersii sont quelques exemples espèces intéressantes pour leur feuillage attrayant qui sont cultivées comme plantes ornementales.

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Heckeria
Lindeniopiper
Piperanthera
Trianaeopiper
Verhuellia

Les espèces de la famille