Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Punicaceae, Horan., Prim. Lin. Syst. Nat.: 81. Jul-Dec 1834

SynonymieGranateae

Description

Distribution

Carte de repartition des PunicaceaeCette petite famille monogénérique posséde une espèce répandue dans les régions chaudes du sud de l'Europe jusqu'au sud de l'Himalaya, la seconde espèce étant endémique de l'ile de Socotra.

Appareil végétatif

Il s'agit de petits arbres ou d'arbustes caducs ou semi-persistants, aux rameaux parfois épineux. Les feuilles sont simples et entières, opposées ou subopposées, et exstipulées.

Anatomie

Les Punicaceae possèdent un liber perimedullaire et un periderme superficiel. L'oxalate de calcium, abondant surtout dans le liber où il forme des strates de cellules à sable, se trouve en macles.

Reproduction

Les fleurs sont solitaires ou groupées petits fascicules, axillaires ou terminales. Chose rare, elles sont polycycliques; Le calice, campanulé et coriace, est composé de 5-8 lobes, valvaires et persistants, lobés apicalement. Il y a 5-8 pétales libres et imbriqués. Les étamines sont nombreuses (30-100), persistantes et libres, de développement centrifuge. Les anthères sont versatiles et dorsifixes, à dehiscence longitudinale. L'ovaire est infère et multiloculaire, composé de 7-15 carpelles soudés. Le gynécée a une structure particulière : il comporte deux verticilles de carpelles. Le développement du réceptacle entraîne le verticille externe vers le haut, de sorte que dans le fruit, les deux séries de carpelles sont superposées. La placentation est axile dans le verticille inférieur, pariétale dans l'autre verticille. Les ovules sont anatropes et bitegumentés. Le style est simple.

Le fruit est une baie décortiquée ronde, résultant de cette structure typique, pouvant atteindre 9 cm de diamètre, à l'épicarpe coriace, de couleur jaune-rouge brunâtre, avec un tube de calice dur et persistant. La pulpe contient de nombreuses graines exalbuminées au tégument mous, charnu, sucré et acidulé.

Classification et phylogénie

Les Punicaceae ne diffèrent des Myrtaceae par l'absence de poches glandulaires. Elles ont parfois été incluses dans les Sonneratiaceae et les Lythraceae, mais en furent par la suite exclues du fait de l'ovaire infère et multiloculaire des Punica.

Intérets

L'une des deux espèces du genre Punica est le grenadier (P. granatum) dont le fruit (grenade ou balauste) est comestible. Répandu de l'Iran jusqu'au nord de l'Inde, le grenadier la grenade était déjà cultivée dans le Bassin méditerranéen pendant l'Antiquité ; de nos jours, sa culture s'est répandue dans l'ensemble des pays tropicaux et subtropicaux. Les grenades se mangent fraîches ou bien sont transformées en jus et en sirop de grenadine. Le jus de grenade est très populaire en Asie Mineure, on l'extrait en pressant la pulpe sur un tamis. En Inde, la pulpe séchée est vendue comme aromate (anardana). En Asie, on fabrique un vin avec les fruits. L'écorce riche en tannins est un remède traditionnel contre la diarrhée et la dysenterie. La racine du grenadier fournit des alcaloïdes ténifuges, la pelletiérine et l'isopelletiérine. Le grenadier est une très ancienne plante cultivée et possède une importance mythique. Il est déjà mentionné dans la Bible et le Talmud. En raison de ses nombreuses graines et de sa couleur rouge sang, la grenade est un symbole de fécondité et d'amour, et, en Grèce, on s'offre toujours des grenades en gage d'amour mutuel.

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Punica