Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Capparaceae, Jussieu

SynonymieCapparidaceae

Familles inclusesCleomaceae, Koeberliniaceae, Pentadiplandraceae, Physenaceae, Setchellanthaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des CapparaceaeLa famille se rencontre dans les régions tropicales à tempérées chaudes des deux hémisphères. Elle affectionne particulièrement les milieux arides et semi-arides.

Appareil végétatif

Les Capparaceae comprennent des plantes herbacées vivaces, des arbustes et quelques lianes ou arbres persistants ou caducs, aux organes fréquemment recouverts de poils glanduleux.

Les feuilles sont alternes, plus rarement opposés, simples, palmatifoliées ou digitifoliées, dans ces deux derniers cas, elles possèdent alors généralement 3-7 folioles. Les marges sont entières. Des stipules minuscules ou épineuses sont présents, persistantes ou caduques. Le genre Koeberlinia a des feuilles réduites à des écailles.

Anatomie

Les caractères anatomiques sont très variables, même à l'intérieur d'un même genre (pericycle hétérogène ou non, poils tecteurs, poils sécréteurs, oxalate de calcium, cellules à myrosine, sclérites). L'anatomie du bois de plusieurs espèces montre des caractères évolués. Les tissus contiennent généralement des glucosinolates, précurseurs biochimiques de la myrosine.

Reproduction

Les inflorescences sont terminales ou axillaires, en grappes ou en corymbes, mais les fleurs peuvent aussi être solitaires ou fasciculées.

Les fleurs sont bisexuées, rarement unisexuées, et, dans ce cas, la plante est dioïque. Elles sont généralement zygomorphes, avec 4-8 sépales libres ou diversement soudés, formant dans certains cas un capuchon qui s'ouvre et tombe à la floraison. Il y a 4-16 pétales égaux ou inégaux, et dans ce cas, les 2 pétales postérieurs sont plus grands. Dans certain cas, il y a apétalie.

L'androcée possède 4 ou plus étamines libres, et peut être didyname lorsqu'elles sont au nombre de 6. Les filets sont frequemment filiformes, et les anthères biloculaires et basifixes ont une dehiscence introrse et longitudinale. Un androgynophore est assez fréquemment présent.

L'ovaire peut être sessile, mais il est plus souvent porté par un gynophore de longueur variable. Il est supère et uniloculaire, formé de 2 carpelles soudés à placentation pariétale. Quelquefois, il peut être secondairement divisé par des fausses cloisons en 2 ou plusieurs loges. Les ovules, campylotropes ou anatropes et bitegumentés, sont en nombre variable. Le style est unique, parfois absent, et le stigmate est bilobé ou capité.

La pollinisation s'effectue par les insectes, éventuellement par les chauves-souris chez certaines espèces sud-américaines.

Le fruit est une capsule à déhiscence valvaire, ressemblant parfois à une silique, ou à une baie ronde ou cylindrique, plus rarement à une nucule indéhiscente monosperme. Les graines sont exalbuminée et l'embryon est diversement replié, avec des cotylédons pliés ou convolutés.

Classification et phylogénie

Il est généralement admis que les Capparaceae et les Brassicaceae sont deux familles proches.

Le genre Cleome est parfois individualisé en tant que Cleomaceae.

Intérets

Le Capparis spinosa est un arbuste méditerranéen dont on consomme les boutons floraux et les baies confits dans du vinaigre (câpres).

Cleome spinosa est une plante annuelle aux fleurs blanches ou roses cultivée dans les jardins, comme Capparis, Gynandropsis et Polanisia qui possèdent également des espèces ornementales.

Les espèces de la famille