Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Droseraceae, Salisbury

Familles inclusesAdenaceae, Aldrovandraceae, Dionaeeae, Drosophyllaceae, Byblidaceae, Roribulaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des DroseraceaeLe genre Drosera est cosmopolite, mais concentré en Australie. Drosophyllum se rencontre dans la péninsule ibérique, Aldrovanda à travers l'Eurasie, l'Australie et l'Afrique tropicale, Byblis en Austrlasie et Dionaea dans le sud-est des Etats-Unis. Les Droseraceae poussent habituellement dans les marécages et les lieux détrempés, et Aldrovanda est aquatique.

Appareil végétatif

Les Droseraceae sont des plantes herbacées annuelles ou vivaces, parfois rhizomateuses ou bulbeuses, sous-ligneuses ou aquatiques et flottantes (Aldrovandia), souvent dépourvues de racine principale. Ce sont des végétaux dits cornivores, car partiellement hétérotrophes : vivant dans des milieux acides et généralement extremement pauvres en nutriments, elles puisent leurs éléments azotés en capturant et en digérant diverses petites proies animales. Cette assilmilation est assurée par les feuilles.

Les feuilles, souvent exstipulées, sont alternes ou disposées en rosettes, parfois enroulées ou repliées en crosse dans le bouton.

Le limbe est généralement très réduit, et posèdent des poils glanduleux collants ou des poils sensitifs sensibles aux excitations mécaniques et chimiques. De plus, elles portent habituellement des poils glanduleux, parfois irritables, sécrétant des substances mucilagineuses qui attirent et engluent les insectes. Ceux-ci, ainsi piégés, peuvent ensuite être digérés par des diastases protéolytiques inclues dans ces poils. Ce processus est généralement aidé par une action bactérienne, quoique celle-ci n'ai pas été encore détectée chez Drosophyllum, peut être à cause des propriétés anti-bacteriennes de l?acide formique également sécrétée.

Chez Dionaea, les feuilles sont divisées longitudinalement en deux lobes réniformes qui se referment comme un piège. Chaque lobe possède de longs cils marginaux, et 3 poils sensitifs longs et fins sur sa surface supérieure. Quand ces derniers sont touchés deux fois successivement, les lobes pivotent rapidement sur leur axe commun et les cils s'entrecroisent comme des doigts, formant les barreaux d'une cage. En réponse à tout mouvement, les surfaces des 2 lobes entrent en contact et l'insecte est ainsi pris au piège, et il est digéré et assimilé par des glandes sécrétrices couvrant la surface de la feuille. Le piège s'ouvre et est à nouveau en état de fonctionner environ 24 heures plus tard, mais des stimulations répétées réduisent considérablement la rapidité du mouvement. Chez le genre aquatique Aldrovanda, la forme et le fonctionnement du piège sont similaires, les proies étant de petits animalcules aquatiques.

Reproduction

Les fleurs sont atinomorphes et bisexuées, groupées en racèmes circinés terminaux, plus rarement solitaires ou axillaires. Elles se composent de 4-5 sépales plus ou moins connés à la base, persistants et de 4-5 pétales libres. Les 4-5 étamines libres et hypogynes, rarement plus nombreuses, ont des anthères extrorses et biloculaires, à dehiscence longitudinale. Le pollen, trinuclée, est groupé en tétrades. L'ovaire est supère, composé de 2-3 ou 5 carpelles soudés, avec 1-3 loges et plusieurs ovules disposés sur un placenta parietal ou basal. Les 2-5 styles sont libres, ou plus rarement connés.

Comme chez les Violaceae, les cas de cléistogamie et d'autogamie ne sont pas rares. L'hybridation est aussi fréquemment rencontrée.

Le fruit est une capsule, dehiscente ou non, et les graines albuminées ont un embryon droit.

Classification et phylogénie

Cette famille a parfois été érigée en un ordre, celui des Droserales, accompagnée des Sarraceniaceae, et souvent inclus parmi les Rosiidae. Cette conception avait ses limites, puisqu'on sait maintenant que les Droseraceae n'ont aucun lien de parenté direct avec les Sarraceniaceae qui trouve sa place parmi les Magnoliidae herbacées. La placentation frequemment pariétale des droseraceae semble donc les rapprocher des Violales. Les genres Byblis et Roridula peuvent, selon les auteurs, former 2 familles distinctes (Byblidaceae et Roridulaceae) ou une seule famille (Byblidaceae).

Intérets

Dionaea, Drosophyllum et plusieurs Drosera sont généralement cultivées en serre, car, à leur intérêt ornemental, s'additionne une curiosité botanique.

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Les espèces de la famille