Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Sarraceniaceae, Dum.

Description

Distribution

Carte de repartition des SarraceniaceaeLes Sarraceniacées sont distribuées dans les milieux marécageux des côtes atlantique et pacifique d'Amérique du nord et du nord de l'Amérique du sud. Certains genres se sont naturalisés dans certains marais européens.

Appareil végétatif

Les Sarraceniaceae sont des herbes vivaces. Les feuilles radicales différenciées en pièges à insectes sont de couleur vive, parfois tachetées ou plus ou moins translucides. Les ascidies, renflées, présentent en général une expansion à leur partie supérieur. Ces feuilles spécialisées sont disposées en rosette autour d'un rhizome. Les ascidies des Sarracéniacées ont depuis longtemps excité la curiosité des botanistes. Parmi les interprétations anciennes, signalons que R. Morison (1699), suivi par C. Linné, pensait qu'il s'agissait de réservoirs d'eau, la partie terminale de l'urne servant de couvercle, et M. Catesby (1754), de refuges pour les insectes. C'est à J. H. Mellichamp (1874) que revint le mérite d?avoir démontré, avec certitude, pour la première fois, le caractère insectivore des feuilles du Sarracenia minor. Actuellement, on sait que ces feuilles modifiées, garnies de dispositifs particuliers (glandes, écailles, poils dirigés vers le bas), piègent insectes et petits animaux. Attirés par les sécrétions nectarifères, par la couleur des urnes, parfois remplies de liquide, ils meurent et se décomposent sous l'effet de bactéries. Signalons toutefois que plusieurs espèces d'insectes peuvent vivre à l?intérieur de ces ascidies.

Les nombres chromosomiques sont 2n = 26 chez les Sarracenia et 2n = 30 chez Darlingtonia.

Reproduction

Les fleurs, fréquemment solitaires et tournées vers le sol (Sarracenia), sont parfois au contraire groupées en grappe peu fournie (3 à 6 fleurs chez Heliamphora). On compte d'ordinaire 5 sépales, persistants, pétaloïdes ; 5 pétales, parfois absents, libres et colorés. Les étamines multiples et libres ont des anthères basifixes à déhiscence latérale. La protérandrie est généralement la règle. Le gynécée comporte 3-5 carpelles soudés en un ovaire, triloculaire ou pentaloculaire, souvent nectarifère. Les placentas pariétaux saillants ont tendance à se réunir vers le centre de l'ovaire et portent des ovules nombreux et anatropes. Le style, simple dans sa partie inférieure, est dilaté au sommet, plus ou moins radié (Sarracenia).

Le fruit est une capsule sphérique à déhiscence loculicide. Les graines, petites, à albumen charnu, renferment un embryon de petite taille à cotylédons allongés.

Classification et phylogénie

Il existe trois genres de Sarraceniaceae à répartition géographique disjointe : Heliamphora, originaire des confins du Venezuela et de la Guyane, région très pluvieuse où l'humidité du sol et de l?air est considérable ; Darlingtonia californica, que l'on rencontre uniquement dans la partie ouest des États-Unis, aux limites de la Californie et de l'Oregon ; cette espèce, la seule du genre, est appelée plante-cobra, les feuilles, pouvant dépasser un mètre de hauteur, mimant un serpent dressé ; Sarracenia de la partie est de l'Amérique du Nord depuis la Floride et le Texas jusqu'à Terre-Neuve et au Labrador. La plus répandue est Sarracenia purpurea, naturalisée dans quelques tourbières européennes (France, Suisse, Irlande).

Intérets

Quelques espèces (Darlingtonia californica, plusieurs Sarracenia) sont parfois cultivées pour l?ornement.

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés