Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Simaroubaceae, DC.

Familles inclusesAilanthaceae, Castelaceae, Holacanthaceae, Simabaceae, Soulameae, Irvingiaceae, Ixonanthaceae, Kirkiaceae, Picramniaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des SimaroubaceaeLa famille est tropicale et subtropicale, absente du sud de l'Afrique et de l'Australie, mais dont les centres de diversité sont les régions tropicales des Amériques d'une part, et l'Afrique de l'ouest d'autre part. Quelques rares espèces, comme Picrasma quassioides et Ailanthus altissima sont originaires de régions tempérées asiatiques.

Appareil végétatif

Il s'agit d'arbres ou d'arbustes généralement persistants. Les feuilles sont alternes, rarement opposées, simples (Quassia) ou bien plus fréquemment pennées, généralement exstipulées, sauf chez quelques genres comme Irvingia et Picrasmia. Le limbe a une nervation pennée et des marges entières.

Anatomie

L'anatomie des Simaroubaceae présente quelques particularités : on trouve un periderme superficiel, de l'oxalate de calcium en macles ou en prismes, des poils tecteurs unicellulaires à parois épaisses, des poils sécréteurs à pied court et à tête pluricellulaire. Est aussi un présent un appareil sécréteur interne : canaux sécréteurs perimedullaires chez certains Ailhantus, Brucea, Picrolemma, Simaruba, cellules à essence ; poches lysigènes à gomme dans la moelle des Irwingia. Les substances produites sont caractéristiques : ce sont les lactones triterpenoides ou simaroubalides, très amères.

Reproduction

Les fleurs sont regroupées en racèmes, panicules, cymes ou plus rarement épis ou encore solitaires, axillaires. Généralement petites, elles sont bisexuées ou unisexuées, avec andromonécie ou dioecie, plus rarement monécie, et actinomorphes. Le receptacle développe parfois un gynophore ou un androgynophore. Le calice se compose de 4-5 ou 8 sépales plus ou moins connés, imbriqués ou valvaires. Les 4-5 ou 8 pétales sont libres, imbriqués, contortés ou valvaires. L'androcée se compose de 4-5 ou 8 mais est parfois diplostémone avec 8-16 étamines. Elles sont alternipétales et libres. Les filets possèdent souvent à leur base un appendice squamiforme pubescent ou non, et caractéristique de la famille. Les anthères sont versatiles, dorsifixes, plus rarement basifixes (Soulamea) ou ventrifixes (Ailanthus), et à dehiscence longitudinale, introrse ou plus rarement extrorse à latrorse (Soulamea, Ailanthus). Un disque est généralement présent. L'ovaire est supère, avec 2-5 carpelles parfois libres ou faiblement soudés à la base. La placentation est axile, et on trouve 1-2 ovules pendants, épitropes ou anatropes par loges. Les 2-5 styles sont connés ou libres.

Les fruits sont de nature schizocarpiques, composés de monocarpes drupacés ou samaroides. Les graines contiennent ou non de l'endosperme, et les embryons sont droits ou courbes.

Classification et phylogénie

Les Simaroubaceae sont très proches des Rutaceae, puis des Meliaceae et des Burseraceae.

Intérets

Le vernis du Japon, Ailanthus glandulosa, devenu subspontané et envahissant en Europe occidentale, est un arbre ornemental apprécié. De même, Kirkia acuminata est arbre commun et attrayant, possédant un bois coloré est utilisé en ebenisterie. Ses racines enflées contiennent un liquide apprecié en périodes de secheresse.

La plupart des Simroubaceae sont exploitées pour leurs substances amères : Quassia amara fournit le bois de Surinam, son écorce sert à préparer des boissons toniques, mais elle entre aussi dans la composition de certains insecticides. Le genre Picrasma, possède les memes propriétés. Le genre Picramnia, de l'Amérique tropicale, a un interet medicinal. Par exemple, P. antidesma des Antilles et d'Amérique centrale, posède des feuilles amères et une écorce au gout de reglisse. Cette espèce est encore employée localement, et sont ecorce fut autrefois exportée en Europe pour traiter l'érysipèle et les maladies veneriennes. Le petit arbre malais Eurycoma longifolia, est traditionllement utilisé en Asie tropicale contre les fièvres et comme tonique, bien que, suite à une idée non vérifiée, il est parfois en regression du fait d'une cueillette intense, pour son écorce sensée avoir des vertus aphrodisiaques. Enfin, les fruits de certaines especes du genre Brucea servent à traiter la dysenterie. 

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Ailanthus
Allantospermum
Alvaradoa
Amaroria
Brucea
Castela
Cyrillopsis
Desbordesia
Eurycoma
Gymnostemon
Hannoa
Harrisonia
Iridosma
Irvingia
Ixonanthes
Kirkia
Klainedoxa
Laumoniera
Ochthocosmus
Perriera
Picramnia
Picrasmia
Picrolemma
Pierreodendron
Pleiokirkia
Quassia
Samadera
Simaba
Simarouba
Soulamea