Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Fumariaceae, De Candolle

Familles inclusesChylaceae, Hypecoaceae, Pteridophyllaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des FumariaceaeLa famille est répartie à travers les régions tempérées de l'hemisphere nord, et principalement d'Eurasie. Seules quelques espèces de Corydalis sont originaires des montagnes de l'est de l'Afrique, et les genres Phacocapnos, Cysticapnos, Trigonocanos et Discocapnos des régions sud de l'Afrique.

Appareil végétatif

La famille des Fumariacées rassemble des plantes herbacées annuelles et vivaces, parfois grimpantes. Les espèces vivaces (Dicentra, Corydalis...) possèdent souvent des organes souterrains renflés comme des cormes, des rhizomes ou des bulbes. Plusieurs espèces de Corydalis n'ont qu'un seul cotylédon développé. Les feuilles, basales et caulinaires, sont généralement alternes, sans stipules, souvent composées de 2-6 niveaux de lobes ou de folioles, ces dernières étant parfois transformées en vrille, plus rarement simples.

Reproduction

L'inflorescence, terminale, axillaire ou opposée aux feuilles, est habituellement une grappe, mais on trouve aussi des thyrses et des corymbes, et parfois, les fleurs sont solitaires.

Les fleurs ont une structure complexe et inhabituelle dérivée des espèces les plus primitives de Papaveracées : elles ont une symétrie bilatérale suivant un plan, ou suivant deux plans perpendiculaires.

Généralement, le périanthe se compose de 2 sépales caducs ou persistants, et de 4 pétales libres ou plus ou moins connés, disposés sur 2 verticilles de 2 pièces chacuns. Les deux pétales externes peuvent entre similaires ou non, les internes étant similaires et connés apicalement.

Il y a généralement 6 étamines disposés en 2 groupes de 3, opposés aux pétales externes, les filets de chaque groupe pouvant être plus ou moins connés entre eux ou avec la base des pétales, et posséder des glandes nectarifères basales (Pteridophyllum). Les anthères sont conniventes et adhèrent au stigmate ; elles sont biloculaires, ou uniloculaires pour les étamines latérales chez certains genres.

L'ovaire est supère, uniloculaire, composé de 2 carpelles entièrement soudés, à placentation pariétale, contenant généralement de nombreux ovules, sauf chez les Fumaria et genres alliés ou l'ovule est unique.

Dans les cas les plus simples (Pteridophyllum), il y a 2 petits sépales, 4 pétales, les 2 internes étant plus larges que les 2 externes, et seulement 4 étamines. Chez Hypecoum, les 2 pétales internes ont 3 lobes proéminents ; le lobe du milieu, pédonculé, a un apex en forme de coupe entourant les anthères pour former une cavité recueillant le pollen, et les étamines sont aussi seulement au nombre de 4.

Chez Dicentra la structure est encore plus élaborée : les 4 pétales sont diversement soudés, particulièrement vers l'apex, et les pétales externes sont munis d'un éperon à la base, les apex des pétales internes étant soudés autour des anthères. Les étamines sont disposées en 2 faisceaux opposés aux pétales internes, chacun possédant un filet unique qui se divise en 3 parties au niveau de l'apex. Chaque division centrale porte une anthère, les divisions latérales portant seulement la moitié d'une anthère chacune. La base de chaque filet se prolonge dans l'eperon et y sécréte du nectar.

Chez les autres genres, un seul des pétales externes est muni d?un éperon, formant alors une fleur irrégulière très inhabituelle. Tous ces genres ont des étamines disposées comme Dicentra.

Le fruit est généralement une capsule parfois renflée comme une outre, à dehiscence valvaire. Il peut aussi être indéhiscent, ou encore être une nucule à une graine, ou à plusieurs graines mais divisée en segments monospermes indéhiscents. Ceratocapnos heterocarpa possède des fruits dimorphiques. La graine a un petit embryon et un albumen charnu, et possède fréquemment un élaiosome.

Classification et phylogénie

Papaveracées et Fumariaceae constituent un groupe dit par enchaînement et comportent des genres représentant les types extrêmes (Papaver, Fumaria) et toute une série de chaînons intermédiaires : Meconopsis, Stylophorum, Chelidonium, Hypecoum, Dicentra, Corydalis. Les genres Chelidonium, dernier chaînon de la famille des Papaveracées, et Hypecoum, premier chaînon des Fumariacées, sont les intermédiaires par lesquels se fait la transition entre les deux familles.

La fleur des Hypecoum, répondant à la formule 2 S + 4 P + 4 E + 2 C, est très proche de celle des Chelidonium et bien différente de celle des Fumaria. Le genre Hypecoum peut être rattaché aux Fumariacées, malgré ses liens évidents de parenté avec les Papaveraceae ; de nombreux botanistes considèrent d'ailleurs les Fumariaceae comme une sous-famille (Fumarioïdées) des Papaveraceae. L'analogie se retrouve également aux points de vue anatomique et biochimique.

Les Fumariacées peuvent être divisées en deux sous familles distinctes.

Les Hypecoideae (Hypecoum, Pteridophyllum) forment le première sous-famille. Le genre Pteridophyllum dont les fleurs possèdent seulement 4 étamines est parfois considéré avec Hypecoum comme formant une famille séparée, les Hypecoacées), ou encore formant à lui seul la famille des Pteridophyllaceae.

Les autres genres sont classés parmi les Fumarioideae, que l'on subdivise en deux tribus. Corydalis et Fumaria sont les genres les plus grands.

Intérets

Parmi les Fumariacées, le fumeterre (Fumaria officinalis) a des propriétés dépuratives. Les genres Corydalis et Dicentra produisent quelques espèces cultivées ornementalement.

Les espèces de la famille