Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Sapindaceae, Juss.

Familles inclusesDodonaeaceae, Dyssapindaceae, Koelreuteriaceae, Saponaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des SapindaceaeLes Sapindaceae sont originaires des régions tropicales et subtropicales du monde entier, et sont particulièrement bien représentées en Amérique du sud.

Appareil végétatif

La famille regroupe des arbres et arbustes caducs ou persistants et aussi un nombre non négligeable de lianes ligneuses, ou plus rarement herbacées, puisqu'on en dénombre environ 300 espèces dont près des deux tiers sont neotropicales. Ces lianes sont parfois munies de vrilles (Cardiospermum et genres alliés), qui sont des axes d'inflorescence transformés. Les feuilles sont alternes, rarement opposées ou pseudo-verticillées, exstiupulées, et composées : elles sont pennées, bipennées, digitées ou biternées. Chez quelques genres, elles sont trifoliolées (Allophyllus) ou encore simples (Dodonaea). Le limbe a une nervation pennée et des marges entières, dentées, sérratulées ou crénelées.

Anatomie

L'anatomie des Sapindaceae permet d'observer des poils tecteurs et sécréteurs, des macles ou des prismes d'oxalate de calcium et parfois des cellules remplies d'un liquide laiteux renfermant des saponosides, des gommes, des résines ou des tanins. Les Sapindaceae grimpantes (Paullinia, Serjania) présentent des anomalies de l'appareil conducteur : le cambium se fragmente et donne des arcs libéro-ligneux séparés qui peuvent se fermer pour donner autant de cylindres libéro-ligneux séparés. Le plus souvent, les arcs les plus internes se réunissent pour donner un cylindre libéro-ligneux central, tandis que les arcs externes se ferment sur eux-mêmes pour donner autant de cylindres placés à l'extérieur.

Reproduction

Les fleurs sont groupées en racèmes ou en panicules axillaires, subterminales ou terminales, munies de bractées et bractéoles. Elles sont généralement unisexuées, avec dioecie ou monécie, plus rarement polygames ou bisexuées (Dodonaea), et sont actinomorphes ou parfois zygomorphes. Il y a 4-5 sépales libres ou diversement connés, parfois plus nombreux, imbriqués ou valvaires, égaux ou inégaux, dans ce cas les 1-2 sépales les plus externes étant plus petits que les autres Les pétales, parfois absents, sont au nombre de 2-6, libres, généralement munis d'un onglet possédant 1-2 écailles. Le disque est complet ou non, lobé ou annulaire à semi-annulaire, rarement munis d'appendices ou formant un tube érigé. Il y a 5-10 étamines, parfois plus nombreuses (jusqu'à 74), souvent au nombre de 8, libres, souvent exsertes chez les fleurs mâles, formant une androcée diplostémone. Les filets sont parfois pubescents, et les anthères sont basifixes ou dorsifixes, à dehiscence longitudinale introrse ou semi-latrorse. Dans les fleurs femelles, elles sont remplacées par des staminodes. L'ovaire est supère, avec 1-8 loges, chacune renfermant 1-2 ovules ascendants, anatropes, campylotropes ou amphitropes. La placentation est axile. Le style est généralement apical, plus rarement gynobasique (Allophyllus, Deinbollia), simple ou multiple, et le stigmate est simple ou lobé.

Le fruit est une capsule à dehiscence loculicide, plus rarement septicide, ou une drupe ou encore une samare double ou triple. Les graines possèdent frequemment une arillode ou un sarcotesta, mais sont dépourvues d'endosperme. L'embryon est droit, rarement convoluté ou sigmoide.

Classification et phylogénie

La famille est proche des Aceraceae, des Hippocastanaceae et des Melianthaceae, les deux premières ayant été parfois incluses parmis les Sapindaceae (par exemple Müller & Leenhouts, in Ferguson & Müller, Evolutionary Significance Exine: 407–445. 1976). Cette union est reparue d'actualité suite à d'autres études plus récentes basées sur la phylogénie moléculaire (Stevens, Angiosperm, Phylogeny Website, 2001, Harrington et al., Syst. Bot. 30: 366–382. 2005). Le genre monospecifique Akania, d'Australie, est parfois rangé par certains spécialistes, dans sa propre famille, les Akaniaceae.

Classiquement, la famille est divisée en deux sous-familles, les Eusapindaceae ou Sapindoideae et les Dyssapindaceae ou Dodonaeoideae, elles même subdivisées en 14 tribus.
Les Dodonaeoideae comprennent les tribus suivantes : Cossinieae,Dodonaeeae, Doratoxyleae, HarpuIIieae, Koelreuterieae, et les Sapindoideae celles là : Lepisantheae, Melicocceae, Sapindeae, Cupanieae, Nephelieae, Schleichereae, Paullinieae, Thouinieae.

Intérets

Blighia sapida, l'aki, est originaire des forets ouest africaines où son arille est consommée. Quand il est cuit, son goût rappelle celui des oeufs brouillés, mais il est toxique s'il n'est pas récolté au bon stade de maturité. La plante fut introduite aux Antilles, et naturalisée en Jamaïque où l'aki est devenu un fruit national. Le litchi, Litchi chinensis, est originaire du sud de la Chine, mais largement cultivé dans toutes les régions tropicales pour son arille légèrement acidulé. Dimocarpus longan est le longane, répandu de l'est de l'Inde au sud de la Chine. Les fruits, semblables aux litchis, sont consommés frais ou séchés, mais de façon plus locale. Meliocca bijuga, cultivé en Amérique donne des fruits proches des litchis. Nephelium lappaceum donne le ramboutan, un fruit très apprécié dans les régions tropicales de l'ancien monde. Les fruits d'Aphania senegalensis, cerisier du Cayor, sont consommés en Afrique occidentale. Paullinia cupana est le guarana, à l'origine d'une boisson riche en caféine consommée au Brésil. Pometia pinnata fournit aussi des fruits comestibles.

Sapindus saponaria, de Floride, des Antilles et d'Amérique du sud, possède des baies riches en saponine qui sont utilisées comme savon. Schleichera trijuga fournit une huile utilisée en onguent ou servant à l'éclairage. Serjania curassavica d'Amérique tropicale sert de stupéfiant pour engourdir les poissons. Parmi les genres ornementaux, Koelreuteria est probablement le plus important de par son utilisation en arbre d'alignement. Cardiospermum halicacabum est le pois de coeur aux fruits vésiculeux. Xanthoceras sorbifolia est cultivé pour ses fleurs décoratives. 

Les genres de la famille

Aucun élément ne correspond aux critères sélectionnés

Akania
Alatococcus
Alectryon
Allophylus
Allosanthus
Amesiodendron
Aphania
Aporrhiza
Arfeuillea
Arytera
Atalaya
Athyana
Averrhoidium
Beguea
Bizonula
Blighia
Blighiopsis
Blomia
Boniodendron
Bridgesia
Camptolepis
Cardiospermum
Castanospora
Chonopetalum
Chouxia
Chytranthus
Cnesmocarpon
Conchopetalum
Cossinia
Cubilia
Cupania
Cupaniopsis
Deinbollia
Delavaya
Diatenopteryx
Dictyoneura
Dilodendron
Dimocarpus
Diploglottis
Diplokelepa
Diplopeltis
Distichostemon
Dodonaea
Doratoxylon
Elattostachys
Eriocoelum
Erythrophysa
Euchorium
Euphorianthus
Eurycorymbus
Exothea
Filicium
Ganophyllum
Glenniea
Gloeocarpus
Gongrodiscus
Gongrospermum
Guindilia
Guioa
Haplocoelum
Harpullia
Heterodendrum
Hippobromus
Hornea
Houssayanthus
Hypelate
Jagera
Koelreuteria
Laccodiscus
Lecaniodiscus
Lepiderema
Lepidopetalum
Lepisanthes
Litchi
Llagunoa
Lophostigma
Loxodiscus
Lychnodiscus
Macphersonia
Magonia
Majidea
Matayba
Melanodiscus
Melicoccus
Mischocarpus
Molinaea
Neotina
Nephelium
Otonephelium
Pancovia
Pappea
Paranephelium
Paullinia
Pavieasia
Pentascyphus
Phyllotrichum
Placodiscus
Plagioscyphus
Podonephelium
Pometia
Porocystis
Pseudima
Pseudopancovia
Pseudopteris
Radlkofera
Rhysotoechia
Sapindus
Sarcopteryx
Sarcotoechia
Schleichera
Scyphonychium
Serjania
Sisyrolepis
Smelophyllum
Stadmania
Stocksia
Storthocalyx
Synima
Talisia
Thinouia
Thouinia
Thouinidium
Tina
Tinopsis
Toechima
Toulicia
Trigonachras
Tripterodendron
Tristira
Tristiropsis
Tsingya
Ungnadia
Urvillea
Valenzuelia
Vouarana
Xanthoceras
Xerospermum
Zanha
Zollingeria