Plantes et botanique

Familles

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Description

Description

L'ordre des Primulales groupe trois familles, les Theophrastaceae, les Myrsinaceae, plantes ligneuses des régions tropicales et subtropicales, et les Primulaceae, plantes herbacées répandues surtout dans l'hémisphère nord. L'ordre est caractérisé par les fleurs à corolle gamopétale, sauf exceptions, les étamines généralement en même nombre que les pétales et superposées à ceux-ci, et les ovaires uniloculaires à placenta basilaire ou central. Ces plantes n'ont pas d'importance économique, mais plusieurs, des Primulaceae pour la plupart, sont cultivées pour leur beauté : les plus connues sont les primevères, les cyclamens et les lysimaques.

Les Primulales sont herbacées ou ligneuses. Elles ont des feuilles simples, sans stipules. Leurs fleurs, de symétrie rayonnante ou rarement bilatérale, sont le plus souvent pentamères et bisexuées. La corolle est sympétale, très rarement dialypétale, parfois absente. Les étamines, superposées aux pétales et ordinairement insérées sur la corolle, sont quelquefois accompagnées de staminodes épisépales. Les carpelles sont soudés en un ovaire supère ou infère, mais toujours uniloculaire, à placenta basilaire ou formant une protubérance centrale du réceptacle dans la cavité ovarique. Il n'y a qu'un style. Les ovules sont en nombre variable, à un ou à deux téguments, ténuinucellés. Les graines sont petites et renferment un embryon droit. L'albumen, nucléaire dans sa jeunesse, est abondant dans la graine mûre.

Le caractère typiquement diplostémone de l'androcée des Ebenales avec disparition du verticille externe d'étamines se retrouve chez les Primulales, et on y observe également la soudure des filets des étamines avec les pétales auxquels elles s'opposent. L'ovaire est constitué d'autant de carpelles qu'il y a de pièces dans les autres verticilles floraux, mais il est uniloculaire : on considère qu'il est cloisonné à la base, mais que celles ci s'unissent en une masse arrondie qui constitue un placenta libre.

On classait jadis les Primulales à la base des Gamopétales, juste après les Ericales et les Ebenales. Toutefois, cet ordre présente des affinités avec les Hypericaceae : les Primulales pourraient d'ailleurs être dérivées des Hypericaceae parallèlement aux Ebenales.

On peut y relever quelques lignes d'évolution :
  • passage des arbres aux arbustes, puis aux herbes vivaces et enfin aux herbes annuelles,
  • passage des fleurs à symétrie rayonnante aux fleurs à symétrie bilatérale,
  • passage des pétales libres aux pétales unis en tube,
  • passage d'un androcée à deux verticilles à un androcée à un verticille,
  • passage des étamines libres aux étamines unies à la corolle,
  • passage d'un ovaire supère à un ovaire infère,
  • passage d'un grand nombre d'ovules à un ovule unique.

Le problème le plus controversé de la morphologie des Primulales concerne l'origine et la valeur du placenta central. Pour certains, ce placenta n'est que le sommet du réceptacle, pour d'autres, il dérive des placentas axiles d'un ovaire d'abord disparu, pour d'autres encore, il est formé par la concrescence des ligules des diverses feuilles carpellaires.