Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Sapotaceae, Jussieu

Familles inclusesAchraceae, Achradaceae, Bumeliaceae, Sarcospermataceae

Description

Distribution

Carte de repartition des SapotaceaeLa famille est pantropicale.

Appareil végétatif

Les Sapotaceae sont des arbres ou des arbustes, persistants ou caducs, et, pour une espèce, une liane ligneuse. Les feuilles sont alternes, rarement subopposées, simples, aux marges entières ou très rarement dentées, fréquemment groupées à l'extremité des rameaux. Le limbe, souvent coriace, a une nervation pennée.

Anatomie

L'anatomie montre un periderme superficiel, des cellules à sable d'oxalate de calcium, des laticifères dans l'écorce primaire, le liber et la moelle de la tige et de la feuille, et des poils tecteurs unicellulaires, souvent en navette, très abondants sur les tiges et les feuilles jeunes. Les feuilles ont une cuticule striée, et ont un hypoderme et des sclérites. Un des caractères particuliers, très apparent, des Sapotaceae est la présence absolument constante d'un latex blanc, très poisseux et à écoulement assez lent, dans toutes les parties de la plante : écorce, rameaux, feuilles, fleurs, fruits.

Reproduction

Les fleurs sont bisexuées ou rarement unisexuées et femelles par réduction staminale, actinomorphes, parfumées, et habituellement pollinisées de nuit par les chauves-souris. Elles sont solitaires ou groupées en fascicules ou en pseudoracèmes axillaires et bractéolés. Quelques espèces sont cauliflores.

Chaque fleur est formée d'un calice unisérié à 4-6 sépales imbriqués, ou bien encore, disposé sur deux verticilles formés chacun de 2-4 sépales valvaires. Les sépales sont libres ou courtement soudés à la base. La corolle gamopétale, campanulée à urcéolée ou tubulaire, est consituée de 4-8 lobes, parfois garnis d'appendices latéraux ou dorsaux.

Les étamines s'insèrent en général sur le tube de la corolle en 1-3 verticilles. Une autre caractéristique est la disposition des étamines fertiles, fixées isolément ou par paquets de 2-3 ou plus au milieu des pétales, alors que des staminodes, scaliformes ou pétaloïdes, alternent avec ces pétales. Les anthères, biloculaires, sont à déhiscence extrorse, ou plus rarement introrse, et longitudinale.

L'ovaire est supère, syncarpique, et renferme en général 4-8 loges uniovulées, parfois aussi une seule loge ou, à l'opposé, jusqu'à 30 loges. De forme suborbiculaire à conique, il est fréquemment pubescent. Les ovules sont anatropes, et la placentation est axile ou plus rarement basale. Le style est unique.

Les fruits sont quelquefois des capsules, mais bien plus fréquemment des drupesz ou surtout des baies indurées dont les graines se libèrent en général lors de la pourriture du fruit sur le sol. La pulpe, souvent gluante, est souvent comestible. Les graines, au nombre de 1-5 par fruit, rarement plus nombreuses, sont très caractéristiques : leur tégument épais, lisse, luisant, présente une cicatrice mate, basale ou latérale, parfois de grande taille, le hile. L'albumen qui entoure le gros embryon est riche en huile, mais il peut faire défaut.

Classification et phylogénie

La délimitation des différents genres de Sapotaceae, essentiellement fondée sur les caractères des fleurs, des fruits et des graines, est très variable suivant les botanistes. C'est ainsi que Baehni reconnaît 41 genres et Aubréville 126, répartis également en Amérique tropicale, en Afrique tropicale et à Madagascar, dans la région indo-pacifique. Ce dernier groupe les genres en 4 sous-familles (Sideroxyloïdeae, Omphalocarpoïdeae, Mimusopoïdeae, Madhucoïdeae), représentant au total entre 600 et 1100 espèces.

Sarcosperma, parfois considéré comme une famille monogénérique, les Sarcospermataceae, représente une position extrême parmi les différentes classifications.

Intérets

Le latex du Palaquium gutta, du Sumatra et Bornéo, fournit la gutta-percha. Cette substance se différencie du caoutchouc en étant mauvaise conductrice de l'électricité et très malléable à la chaleur. C'est ce qui la fit employer au dix-neuvième siècle dans la fabrication des câbles sous-marins de télégraphie, des prothèses dentaires... La récolte intensive était obtenue par incision des troncs, les espèces furent rapidement menacées, mais des efforts ont été entrepris depuis pour leur conservation.

Les graines du Butyrospermum parkii ou karité, d'Afrique occidentale, renferment un matière grasse solide à 22°C, le beurre de karité, qui est alimentaire et propre à la savonnerie. Celles de l'Argania sideroxylon ou argan, arbre épineux du Maroc, donnent une huile comestible.

L'Achras sapota, originaire des Antilles, est le sapotillier, dont on mange les fruits, les sapotes. Cette espece fournit aussi un latex, le chiclé, premier composant élastique des chewing-gum.

D'autres espèces sont exploitées pour leur bois, dont la production augmente de façon significative. Certaines ont un bois lourd, dur et résistant, et pouvant contenir de la silice.

Les espèces de la famille