Plantes et botanique

Genres

0 connus

0 décrits

taux : 0 %

Espèces

0 connues

0 décrites

taux : 0 %

Lauraceae, Jussieu

Familles inclusesPerseaceae

Description

Distribution

Carte de repartition des LauraceaeLa famille est pantropicale et quelquefois subtropicale, mais se concentre essentiellement en Asie tropicale et en Amérique du sud. Lindera, Persea et Sassafras sont des genres des régions tempérées. Appollonias, Laurus et Persea se rencontrent dans la laurisilve primitive des îles Canaries et de Madère.

Appareil végétatif

Il s'agit d'arbres et d'arbustes persistants ou caducs, généralement aromatiques. Les feuilles sont alternes, plus rarement opposées, sub-opposées ou verticillées, généralement coriaces et persistantes, sans stipules. Elles sont simples, généralement entières, parfois lobées (Sassafras), principalement penninervées, parfois trinervées.

Anatomie

L'anatomie des Lauraceae présente un periderme superficiel apparaissant tardivement, un pericycle hétérogène formé de paquets de fibres réunies par des cellules scléreuses à parois canaliculées, des cellules à essence dans les parenchymes, des poils tecteurs unicellulaires. Les feuilles sont fréquemment pourvues d'un hypoderme, et les stomates ont deux cellules annexes parallèles à l'ostiole. Certains genres (Persea) possèdent des cellules à mucilage.

Reproduction

Les inflorescences sont généralement des panicules axillaires, plus rarement des grappes ou en cyme, et la sous-famille des Lauroïdées possède des cymes entourées de grandes bractées foliacées formant un involucre.

fleurs des LauraceaeFig. 1 : La fleur chez Laurus nobilis. A : fleur mâle à l'anthèse, B : diagramme de la fleur mâle, C et D: fleur femelle et sa coupe longitudinale, E: diagramme de la fleur femelle



Les fleurs sont actinomorphes, et soit bisexuées, soit unisexuées, et dans ce cas il y a monécie. Les pièces florales sont disposées en multiples de 3, généralement sur 2 verticilles. Les sépales et les pétales, peu différenciés, vert, blancs ou jaunâtres, forment un périanthe discret sur un receptacle plus ou moins cupuliforme.

etamines des LauraceaeFig. 2 : Diversité des étamines chez les Lauraceae. A: Cinnamonum sp., B: Laurus nobilis, C: Cryptocarya cocosoides, D: Machilus brevipaniculata, detail des étamines des trios verticilles succéssifs de l'androcée



Les étamines, disposées en 3 ou 4 verticilles de 3, sont soudées à la base du périanthe et sont périgynes. Parfois, celles du verticille internes sont réduites à des staminodes, d'autres fois, celles d'un des verticilles sont munies de glandes à la base des filets. Les anthères ont 2-4 loges à déhiscence valvaire introrse pour la plupart, et extrorses pour certaines situées au centre. Elles s'ouvrent par un pore muni d'un volet.

L'ovaire est généralement supère, exceptionellement infère (Hypodaphnis) ; il est uniloculaire avec 1 ovule anatrope unique et pendant. La placentation est pariétale. Le style est simple, et le stigmate est petit, parfois bi- ou trilobé.

Le fruit est une baie ou une drupe, à péricarpe mince ou épais, souvent plus ou moins enfermée par les pièces florales périgynes transformées en cupule plus ou moins charnue. La graine, sans albumen, contient un embryon droit et charnu, à cotylédons plan-convexes.

Classification et phylogénie

On dénombre 5 sous-familles.

Les Lauroideae sont le seul groupe possédant une inflorescence avec un involucre. On dénombre deux genres, les Laurus (2) et Litsea (env. 400).

Les Cinnamoideae ont la partie basale du fruit entourée par une cupule. Elles comprennent plusieurs genres importants, comme Ocotea et Cinnamonum.

Les Persoideae ne possèdent pas de cupule. On y trouve le genre Persea (150), Beilschmiedia et Endiandra.

Chez les deux autres sous-familles, le fruit est entouré d'une sorte de tissu durci : les Hypodaphnoideae ont un ovaire infère, alors qu'il est supère chez les Cryptocaryoideae, composé de plusieurs genres produisant des épices, comme Cryptocarya et Ravensara.

Intérets

Les Lauraceae représentent une famille relativement importante d'un point de vue économique.

Cinnamonum produit à la fois le camphre et la cannelle. La cannelle, l'une des principales épices pour la possession desquelles Portugais et Hollandais sont partis à la découverte de l'Orient, est l'écorce de Cinnamomum zeylanicum, arbre originaire de Ceylan, qui demeure le principal producteur. Le camphre naturel est extrait par distillation du bois de Cinnamomum camphora, grand arbre d'Extrême-Orient.

De certains Sassafras on extrait l'essence des sassafras. L'avocat, volumineuse baie piriforme à péricarpe oléagineux, est le fruit de Persea americana, arbre originaire du Mexique (ahuacatl des Aztèques), aujourd'hui cultivé dans toutes les régions tropicales et subtropicales, et diversifié en très nombreux cultivars. Les espèces de Beilschmiedia, Endiandra, Ocotea et Litsea fournissent un bois intéressant. Litsea est aussi à l'origine de nombreux médicaments locaux. Les genres Laurus et Lindera sont cultivés pour leurs espèces ornementales. Les feuilles aromatiques de Laurus nobilis, le laurier sauce, arbrisseau originaire d'Asie Mineure, sont utilisés en cuisine pour parfumer les plats.

Les fruits des Cinnamomum, Litsea, Lindera, Syndiclis, Cryptocarya et Actinodaphne contiennent beaucoup d'huiles et d'acides gras, et sont très utilisés dans l'industrie. L'écorce de Cinnamomum cassia et la racine de Lindera aggregata sont des drogues utilisées dans la médecine traditionelle chinoise.

Les espèces de la famille